Fatigue visuelle… Et si vos yeux manquaient d’oméga 3 ?

Conséquence de la pandémie de covid 19 et des confinements, le télétravail connait un développement important et le travail sur écran a fortement augmenté. Or les écrans de nos ordinateurs et de nos téléphones portables émettent une lumière bleue aux effets délétères pour la santé de nos yeux. À la longue, cette lumière bleue artificielle génère un inconfort visuel important, qui se manifeste par divers troubles : fatigue visuelle, vision trouble, sècheresse oculaire, irritation oculaire, maux de tête… De plus, elle provoque un stress oxydatif qui accélère le vieillissement de la rétine, c’est-à-dire sa dégénérescence. On parle même désormais de Syndrome de Vision Artificielle ou Computer Vision Syndrome, pour qualifier cette fatigue visuelle engendrée par l’usage prolongé des écrans, problématique de plus en plus fréquente.

Des oméga 3 pour la bonne santé visuelle

Les oméga 3, EPA et DHA, sont des acides gras essentiels : notre corps ne sait pas les produire, nous devons donc les trouver dans nos aliments ou dans des compléments alimentaires. Ils sont indispensables pour la vision. Ils contribueraient à la prévention du glaucome et de la DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge). Le DHA en particulier est un constituant majeur des cellules photoréceptrices de la rétine. Il a été démontré* qu’une supplémentation orale en oméga 3 permet de diminuer le taux d’évaporation des larmes et soulage la sécheresse oculaire.

Alors comment bien choisir ses oméga 3 ?

Les oméga 3 sont des molécules fragiles, tout particulièrement les acides gras EPA et DHA, issus des huiles de poisson. Au contact de l’air, de la lumière, ou de la chaleur, ils s’oxydent et deviennent rances. Or, au delà d’un certain seuil, ce phénomène d’oxydation leur fait perdre leurs propriétés. Non seulement ils sont alors inutiles, mais ils peuvent même devenir délétères pour notre santé, comme une huile de cuisine que l’on aurait trop fait chauffer et qui fume, produisant des substances nocives.

L’indice Totox : un indicateur précieux, gage de qualité

Les oméga 3 sont des molécules fragiles, tout particulièrement les acides gras EPA et DHA, issus des huiles de poisson. Au contact de l’air, de la lumière, ou de la chaleur, ils s’oxydent et deviennent rances. Or, Cet indice permet de savoir si une huile est oxydée et donc potentiellement toxique pour la santé.

2 paramètres sont utilisés :

• l’indice de peroxydes (POV), qui mesure les premiers produits d’oxydation formés. Sa valeur doit être inférieure à 5.

• l’indice d’anisidine (AV), qui mesure les produits d’oxydation qui se forment secondairement (aldéhydes, cétones, furanes, etc.). Sa valeur doit être inférieure à 20

A partir de ces 2 paramètres, on calcul l’indice Totox (Total Oxydation), reflet du degré d’oxydation totale de l’huile. Indice Totox = 2 POV +1AV. Pour une huile de bonne qualité, il doit être inférieur à 26.  Au-delà, l’huile est nocive et ne doit pas être consommée. Bien qu’obligatoire, l’indice Totox n’est pas toujours communiqué par les fabricants, et les omégas 3 commercialisés sont hélas souvent oxydés, avec un indice Totox trop élevé. La vigilance s’impose !

Les oméga 3 choisis par Sywell laboratoire

Sywell Laboratoire produit des oméga 3 d’origine marine de très haute qualité et d’une grande pureté, avec une totale traçabilité, stables et résistants à l’oxydation. L’indice Totox est au maximum égal à 9, ce qui en fait l’un des meilleurs produits du marché. L’huile est obtenue à partir d’anchois sauvages, pêchés dans le sud de l’océan Pacifique. L’huile brute est purifiée par un procédé de distillation sous vide, afin d’éliminer tous les polluant (métaux lourds, polluants organiques persistants etc…). Les acides gras EPA et DHA sont ensuite concentrés, ce qui permet de réduire la taille des capsules, plus faciles à avaler. EPA et DHA sont principalement présents sous forme de triglycérides (plus de 80%), pour une efficacité optimale. De plus, sur le plan environnemental, la pêche pratiquée est une pêche éco-responsable, avec certifications Friend of the Sea et Dolphin Safe.

Source:

*Oral omega-3 fatty acids treatment in computer vision syndrome related dry eyz, Rahul Bhargava et al. Cont lens Anterior 2015

Evelyne PICCO

Responsable Recherche & Développement, infirmière diplômée d’Etat, naturopathe depuis 25 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page