L’hypertension artérielle, problème de santé publique n°1

Selon Santé Publique France, l’hypertension artérielle (HTA) est la pathologie chronique la plus fréquente en France. Elle touche près d’un adulte sur trois. C’est l’un des principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires, qui sont, rappelons-le, la 2° cause de mortalité dans notre pays.

On l’appelle le tueur silencieux, car elle évolue sans faire de bruit, tout en faisant le lit de l’insuffisance cardiaque, du syndrome coronarien, d’un infarctus, d’une rupture d’anévrisme, ou d’un accident vasculaire cérébral.

Si le risque d’hypertension est influencé par l’âge, il l’est aussi et surtout par nos comportements et notre mode de vie : sédentarité, mauvaise alimentation, tabagisme, surpoids, obésité, consommation excessive d’alcool.

Nous pouvons donc agir préventivement !

La carence en oméga 3, dont souffre plus de 80% de la population française, est fortement impliquée dans le risque d’hypertension.

Comment agissent les oméga 3 ?

Les omégas 3 sont des constituants indispensables de nos membranes cellulaires.

Ils leur donnent élasticité et fluidité, deux qualités essentielles pour de bons échanges cellulaires. Ceci est particulièrement important au niveau du système circulatoire, qui assure l’oxygénation du corps. L’oxygène est transporté par les globules rouges, dans les artères, puis dans les capillaires sanguins, de très fins vaisseaux qui irriguent tous nos tissus et organes.

Or les globules rouges ont un diamètre de 7,5 microns, et ils doivent passer dans les orifices des capillaires dont le diamètre est de… 5 microns !

Ceci est possible uniquement grâce à la fluidité des membranes des vaisseaux et des globules rouges, qui ont la capacité à se déformer.

Si les parois des vaisseaux sont trop rigides (on parle d’athérosclérose) et si les globules rouges manquent de souplesse, alors le cœur doit travailler plus. Il augmente la pression d’expulsion du sang dans les artères, pour que les globules rouges puissent traverser et arriver à destination. A la longue, le cœur se fatigue, et les parois des artères, déjà trop rigides, peuvent être altérées par cet excès chronique de pression sanguine. C’est un cercle non vertueux qui s’installe progressivement…

Pour des membranes cellulaires bien huilées, une supplémentation en oméga 3 est un facteur primordial de prévention de l’hypertension.

Evelyne PICCO

Responsable Recherche & Développement, infirmière diplômée d’Etat, naturopathe depuis 25 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page